Accueil » Santé » Actualités

Lampes UV, un nouvel avis de la CE

Imprimer cette page - Publié le 01/12/2016

Naturellement l'affaire n'est pas nouvelle, les UV artificiels sont dans le collimateur des acteurs de santé publique et de prévention depuis de nombreuses années.

En 2009 par exemple, le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) publiait dans la revue scientifique de référence The Lancet "A review of human carcinogens—Part D: radiation" et classait les UV artificiels au rang de cancérigène certain.

Depuis, La Sécurité Solaire demande l'interdiction de mise à disposition du public les lampes à bronzer, at minima une taxation de cette activité, une interdiction de publicité et une interdiction de la vente au public des lampes UV. 

Aujourd'hui la commission révèle l'avis du SCHEER (Scientific Committee on Health, Environmental and Emerging Risks). 

En voici les principaux éléments :

- L’exposition au rayonnement ultraviolet (UV) provenant des lampes à bronzer, même occasionnelle, est responsable de différents cancers de la peau (mélanomes et carcinomes)

- En Europe, sur 63942 nouveaux cas de mélanomes diagnostiqués chaque année, 3500 sont susceptibles d’être liés à l’utilisation des lampes UV, avec une proportion de 68% de femmes.

- En Europe, environ 500 femmes et 300 hommes pourraient mourir chaque année d’un mélanome consécutif à l’utilisation de lampes UV.

- Le bronzage artificiel augmente de plus de 15% le risque de mélanome dans la population en général. Pour celles et ceux qui l'ont pratiqué avant l’âge de 35 ans, le risque est presque doublé (+75%). Le risque augmente avec le nombre et la fréquence des séances.

- L’utilisation des lampes à bronzer est déconseillée à tous même si les personnes à peau claire ou ayant des taches de rousseur, des grains de beauté  atypiques  ou nombreux, ou encore des antécédents familiers sont plus à risques que les autres.

- Même en hiver, il  n’est pas nécessaire de s'exposer aux lampes UV pour augmenter son taux de vitamine D. L’exposition des mains et du visage en plein air pendant environ 15 minutes par jour, même par temps nuageux, associée à une alimentation équilibrée, devrait apporter un niveau suffisant de vitamine D. En cas de déficience, des compléments alimentaires peuvent être pris. 

- Aucune preuve scientifique ne corrobore l’idée que l'exposition aux UV artificiels constitue une préparation "sure" de sa peau au bronzage. 

- Tant les UV artificiels que solaires peuvent entraîner le développement de cancers cutanés et accélèrent le vieillissement de la peau. S'il est bénéfique de sortir au grand air, il vaut toujours mieux éviter les heures de la mi journée. Sinon, il faut porter des vêtements, des lunettes de soleil, et appliquer une crème sur la peau. 

L'avis original en anglais
L'avis traduit en francais
Qui nous sommes | Espace presse | Nous contacter | Emplois et Stages | Crédits et Mentions légales | Page Facebook
www.soleil.info est édité par la Sécurité Solaire - © Sécurité Solaire 2006-2017 - Réalisation : feelweb.com