Accueil > Votre Santé > Uv artificiels

L'avis de l'Académie de médecine

santé 04 Apr 2016 UV artificiels

La question de l'exposition aux UV artificiels a fait l'objet d'un rapport publié en 2003

Les conclusions

1 . Aucun bénéfice pour la santé n'est à attendre d'une exposition à ces rayonnements.

2 . Les rayons ultraviolets A et plus encore la fraction UVA1, sont aussi néfastes que les rayons ultraviolets B ; ils seront d'autant plus agressifs que pour des raisons économiques une grande énergie aura été libérée en un temps plus court, ce qui est de plus en plus souvent le cas avec les appareils récents.

3 . Les conséquences immédiates et à distance peuvent être très graves car une pigmentation ne peut être obtenue qu'aux dépens d'une altération des cellules de l'épiderme. De plus la pigmentation obtenue ne protège pas contre l'agression des rayons ultraviolets. Majorés pour certaines populations, les risques de cancers cutanés et d'atteintes oculaires sont réels.

4 . Le fait même d'établir une réglementation, laisse entendre que cette activité serait devenue acceptable, d'autant plus que les séances d'exposition se dérouleraient sous l'autorité d'un personnel ayant suivi à la demande des pouvoirs publics huit heures de cours.

5 . En cas d'accidents en dehors de fautes flagrantes et reconnues, les responsabilités pourraient être partagées, mettant en cause la puissance publique à laquelle une tolérance certaine peut être reprochée, au même titre que le responsable du centre et le consommateur.

Les recommandations

L'Académie nationale de médecine :

  • déconseille formellement l'usage de cette pratique, car les expositions artificielles aux rayons ultraviolets A sont dangereuses, provoquant des lésions cutanées dont la guérison ne peut être contrôlée avec précision,
  • regrette que l'encadrement de ces expositions par des dispositions réglementaires soit susceptible de donner aux consommateurs une fausse impression de sécurité, en même temps que cette pratique semble recevoir une caution officielle,
  • demande que les pouvoirs publics renforcent leurs mises en garde : elles doivent être extrêmement précises et présentées aux usagers avant toute exposition, avec affichage obligatoire dans le centre de bronzage,
  • engage vivement toute personne désirant malgré toutes ces réserves utiliser de tels rayonnements, à se faire suivre médicalement de manière régulière durant plusieurs dizaines d'années.

l'ensemble du rapport est disponible en ligne

Voir aussi

Retour