Accueil > Votre Santé > Dossiers

Enquête : les Français et le Soleil en l'an 2000

santé 21 Oct 2017 Dossiers

INTRODUCTION

L'ultraviolet est de plus en plus considéré comme un grave problème de santé publique et d'environnement. Compte tenu des menaces sur la couche d'ozone, l'Organisation Mondiale de la Santé recommande d'informer les populations des quantités d'UV qui parviennent à la surface de la terre en utilisant une échelle universelle : L'Index UV.

En France, l'association Sécurité Solaire a mis en place en France un dispositif de mesures et de prévisions des UV et diffuse très largement l'Index UV depuis 1995 (34 millions de contacts quotidiens en 1999 notamment via TF1, France 2/3, Europe 1, France Inter, Radio France, Le Figaro, Aujourd'hui, Ouest France...).

C'est tout naturellement que 5 après le lancement de l'Index UV, l'Ifop a évalué la notoriété et l'impact de l'action menée par la Sécurité Solaire.

OBJECTIFS ET METHODE DE L'ETUDE

I / Objectifs : mesurer au sein de la population française

La notoriété et la compréhension de l'indice de rayonnement ultraviolet (Index UV) diffusé par la Sécurité Solaire

L'évolution du niveau d'information de la population sur les risques pour la santé liés aux expositions solaires et l'impact de la diffusion de l'Index UV. L'opinion du public sur l'action menée par la Sécurité Solaire

II / Méthodologie

Etude réalisée par téléphone par l'IFOP auprès d'un échantillon (1004 individus) représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus.

Interviews réalisées les 20 et 21 janvier 2000

L'interview comprend 3 volets :

  • A tous : notoriété des informations délivrées par la Sécurité Solaire. Pour mesurer la pénétration de l'indice de rayonnement UV, nous avons interrogé la population sur les termes (Index UV, Indice UV et Indice solaire) utilisés par les média pour rapporter le niveau de rayonnement UV. Ceux qui ont déclaré ignorer ces termes ont été interrogés sur leur perception (ou non) d'une information sur les risques du soleil au sein des bulletins météo.
  • Aux connaisseurs : vérification de la compréhension
  • A tous : niveau d'éducation aux risques solaires. A noter que pour évaluer l'évolution, certaines des questions posées par Sanofi-Ipsos en 92,95,96 et 97 ont été reposées à la population.

CONCLUSION

La campagne d'information sur l'intensité du rayonnement UV menée par la Sécurité Solaire a touché 85% de la population. Près des deux tiers des français ont conscience d'avoir été exposés à une échelle de mesure du rayonnement ultraviolet et sur les risques liés aux UV. Plus de la moitié d'entre eux (37% de l'ensemble) connaissent les termes utilisés et en donnent une définition correcte.

Le niveau général d'information et de sensibilisation progresse. Cela est particulièrement marqué pour les risques liés aux coups de soleil de l'enfance associés désormais par près de 3 français sur 4 à un facteur de risque de cancer et pour la tranche 15 -16h qui est perçue comme dangereuse par plus de la moitié de la population (contre 1/3 seulement en 97).

La connaissance de l'Index UV favorise significativement la prise de conscience et la connaissance des dangers du soleil. La diffusion de messages comme "Entre 12 et 16h, l'Index UV atteindra... Soyez vigilants particulièrement avec les enfants…" et "Les UV sont invisibles et ne provoquent pas de sensation de chaleur", qui accompagnent fréquemment l'Index UV dans les média, explique certainement cela en grande partie.

Ceux qui n'ont pas été touchés par la campagne sont largement "sous éduqués" sur le sujet Les jeunes (moins de 35 ans), les parents, et à fortiori les jeunes parents (enfants de moins de 2 ans) sont clairement les mieux informés.

Cependant la connaissance des risques s'émousse lorsque les enfants ont plus de 2 ans.

Les catégories socioprofessionnelles intermédiaires sont les mieux informées et dans une moindre mesure les catégories supérieures. Les plus sous informées sont de loin les personnes âgées et les inactifs. Hommes et femmes sont sensibilisées au même niveauL'information sur les dangers du soleil apparaît clairement comme un enjeu de santé publique. Près de 8 français sur 10 considère qu'elle devrait être financée ou cofinancée par les pouvoirs publics.

Une marge de progression demeure avec comme cible prioritaire les personnes âgées et les parents d'enfants scolarisés. L'ancrage de l'Index UV dans les esprits et son efficacité pédagogique sont manifestes.La population approuverait très majoritairement un financement de cette campagne par les pouvoirs publics

NOTORIETE DE L'INDICE DE RAYONNEMENT ULTRAVIOLET

Avez-vous déjà lu, vu ou entendu au cours de l'été dernier ou des précédentes années le terme Index UV, Indice UV, ou Indice Solaire ?

  • A ceux (soit 364 ind.) qui donnent des définitions erronées des termes Index UV, Indice UV et Indice Solaire :

Avez-vous lu, vu ou entendu dans les bulletins météo de l'été dernier ou des années précédentes des informations concernant les risques liés au soleil ?

  • A ceux (soit 266 ind.) qui ignorent les termes Index UV, Indice UV et Indice Solaire :

Avez-vous lu, vu ou entendu dans les bulletins météo de l'été dernier ou des années précédentes des informations concernant les risques liés au soleil ?

Conclusion :

La campagne d'information sur l'intensité du rayonnement UV menée par la Sécurité Solaire a touché 85% de la population qui se décomposent comme suit :

  • 37% qui ont vu ou entendu parler des termes Index UV, Indice UV et Indice solaire et en donnent une définition correcte.
  • 30% qui donnent une définition "erronée" des termes Index UV, Indice UV, Indice solaire mais qui ont remarqué la présence d'informations sur les risques du soleil au sein des bulletins météo.
  • 18% qui déclarent ne pas avoir vu ou entendu les termes Index UV, Indice UV ou Indice solaire mais qui ont remarqué la présence d'informations sur les risques du soleil au sein des bulletins météo.

REMARQUES

Ce résultat, très encourageant, est conforme à la forte visibilité des messages délivrés par la Sécurité Solaire. Le cumul des audiences et lectorats des média reprenant l'Index UV atteint en effet 34 millions de personnes par jour au cours de l'été 1999.

LA COMPREHENSION DE L'INDICE DE RAYONNEMENT ULTRAVIOLET

  • A Tous :

Avez-vous déjà lu, vu ou entendu au cours de l'été dernier ou des précédentes années le terme Index UV, Indice UV, ou Indice Solaire ?Selon vous, l'Index UV (Indice UV, Indice solaire) représente...

  • Une échelle de mesure du rayonnement ultraviolet et des risques liés aux UV (réponse correcte)
  • Le niveau de protection qu'offrent les crèmes solaires (réponse erronée)
  • Autre chose (réponse erronée)- NSP (réponse erronée)

  • A ceux (soit 630 ind.) qui n'ont pas vu ou entendu parler des termes Index UV, Indice UV et Indice Solaire ou en donnent une définition erronée.

Avez vous lu, vu ou entendu parler dans les bulletins météo de l'été dernier ou des précédentes années des informations concernant les risques liés au soleil ? Selon vous, cette information, c'était...

  • Une échelle de mesure du rayonnement ultraviolet et des risques liés aux UV (réponse correcte)
  • Le niveau de protection qu'offrent les crèmes solaires (réponse erronée)
  • Autre chose (réponse erronée)
  • NSP (réponse erronée)

Conclusion :64% des français (soit 638 individus), les  "avertis ", ont conscience d'avoir été exposés à une échelle de mesure du rayonnement ultraviolet et des risques pour la santé liés aux UV. Plus de la moitié d'entre eux (37% de l'ensemble), les " experts ", connaissent les termes d'Index UV (ou Indice UV ou solaire) et en donnent une définition correspondant à l'intensité des UV.

15% de la population n'a pas été touchée ou n'a pas mémorisé la campagne

21% de la population n'a pas compris la signification des informations délivrées.

Remarques :

La connaissance du terme Index UV (versus Indice UV ou Indice Solaire) est corrélée à une meilleure connaissance de sa définition. Une importante confusion avec l'indice de protection des crèmes solaires apparaît (18% env.).

A noter une certaine disparité selon les catégories de population, les mieux informées étant les jeunes, les parents et à fortiori les jeunes parents (+de 70% contre 64% pour la moyenne) au détriment des personnes âgées (51%) et des inactifs (55%). Les catégories socioprofessionnelles intermédiaires sont les mieux informées (72%).

EVOLUTION DES CONNAISSANCES SUR LES RISQUES LIES AUX EXPOSITIONS SOLAIRES IMPACT DE L'INDEX UV

Selon vous, les coups de soleil de l'enfance...? (une seule réponse possible)

A votre avis, en été en France, à votre montre, quelles sont les heures dangereuses durant il ne faut pas s'exposer au soleil ? (plusieurs réponses possibles)

Etes vous tout a fait d'accord, plutôt d'accord, plutôt pas d'accord ou pas du tout d'accord avec l'affirmation suivante : " les rayons qui chauffent sont les plus dangereux"

Conclusion :

Le niveau général d'information et de sensibilisation progresse. Cela est particulièrement marqué pour les risques liés aux coups de soleil de l'enfance associés désormais par près de 3 français sur 4 à un facteur de risque de cancer et pour la tranche 15 -16h qui est perçue comme dangereuse par plus de la moitié de la population (contre 1/3 seulement en 97).

La connaissance de l'Index UV favorise significativement la prise de conscience et la connaissance des danger du soleil. La diffusion de messages comme "Entre 12 et 16h, l'Index UV atteindra...", "Soyez vigilants particulièrement avec les enfants..." et "Les UV sont invisibles et ne provoquent pas de sensation de chaleur", qui accompagnent fréquemment l'Index UV dans les média, explique cela en grande partie.

L'OPINION PUBLIQUE SUR L'ACTION DE LA SECURITE SOLAIRE

A tous :

Entre ces trois phrases laquelle correspond le mieux à ce que vous pensez personnellement de l'information de la population sur les risques du soleil et des rayons ultraviolets ? (une seule réponse possible)

Conclusion : L'information sur les dangers du soleil apparaît clairement comme un enjeu de santé publique pour 78% des sondés. 37 % des français jugent qu'elle devrait être financée exclusivement par les pouvoirs publics, auxquels s'ajoutent 41% de partisans d'un financement mixte (public - privé).

Voir aussi

Retour