Accueil

Peau : surveiller, détecter, consulter… une responsabilité partagée

29 Jul 2022 Familles

Le cancer cutané se soigne, la plupart du temps, facilement s'il est dépisté tôt. Des info et conseils qui peuvent aider chacun à sauver des vies.


Face aux cancers de la peau, il a des moyens d’agir !


Le diagnostic précoce est la meilleure chance de guérison du cancer de la peau. En effet, en cas de diagnostic tardif, les traitements sont « lourds » et peu efficaces. C’est en particulier le cas pour le mélanome malin A noter que tout le monde est susceptible de développer un cancer cutané, cependant nous ne sommes pas tous égaux face aux risques… Sont particulièrement à risque celles et ceux qui ont la peau claire (phototypes 1 et 2), mais aussi ceux qui ont des antécédents familiaux de cancers cutanés, qui ont reçu des coups de soleil pendant l’enfance et l’adolescence, ou encore, qui ont un mode de vie donnant lieu à des expositions solaires chroniques(activités professionnelles en extérieur, loisirs, etc.)

Alors, que faire ?

  • Rester vigilant à tout changement d’aspect de votre peau : suivre pour cela la méthode du vilain petit canard ou la méthode ABCDE.
  • S’auto-examiner d’autant plus attentivement que vous êtes une personne à risque : Il s’agit d’observer attentivement sa peau nue de la tête aux pieds, de face et de dos, sans oublier les zones peu visibles où peut se cacher un mélanome (oreilles, ongles, plante des pieds, espaces entre les doigts, organes génitaux, etc.).
  • Si une tache suspecte est repérée, consulter son votre médecin traitant qui orientera, si besoin, vers un dermatologue. La fréquence de la surveillance doit être évaluée avec le dermatologue. Pour les personnes « à risques », il est généralement recommandé : d’effectuer un autoexamen de la peau par trimestre ; de se faire examiner par un dermatologue une fois par an.

ABCDE-VPC

Source : INCa

Carcinomes ou mélanomes, la meilleure prévention reste de se protéger des UV. L’exposition excessive aux rayons ultraviolets étant à la principale origine de ces pathologies.


Pour plus d’informations, les documents de l'INCa :

Voir aussi